Episode 2 : Retour sur quatre mois d’aventures suédoises

Hej !

Depuis mon arrivée à la Grande Ecole du Droit en septembre 2017, je ne rêvais que d’une chose : étudier dans mon LLM de rêve. J’ai toujours voulu faire un LL.M en propriété intellectuelle et mon choix s’est tourné vers le LL.M « European Intellectual Property Law » à l’Université de Stockholm. Cependant, comme vous le savez, l’année 2020 a été marquée par la pandémie de la Covid-19. J’ai beaucoup hésité au début : devais-je faire mon LLM cette année comme prévu ou le reporter ? Pourrais-je m’immerger dans la vie locale suédoise malgré les cours en ligne ? A quoi bon faire un LL.M si c’était pour rester en France avec des cours en ligne sans parler anglais ? Autant de questions qui ont trotté dans ma tête. Au final, j’ai pris la décision d’étudier directement sur place. Cela a été une belle décision, que je ne regrette absolument pas.

(Gamla Stan : quartier historique de Stockholm)

Concernant les cours du LLM :

Pour s’adapter aux conditions sanitaires, mon premier semestre s’est déroulé totalement en ligne, via la plateforme Zoom. Mes professeurs ont été très réactifs et ont su s’adapter. Chaque session a été très interactive et dynamique, grâce aux « breakout rooms » où des groupes d’étudiants sont formés pour discuter sur des exercices. De surcroit, de nombreux cours ont été réalisés par des intervenants extérieurs : professeurs d’université ou le plus souvent des professionnels dans le domaine de la propriété intellectuelle. Ces interventions ont été très enrichissantes et instructives. Elles m’ont permis de sortir de l’aspect théorique, que l’on connait bien en France, pour entrer dans la pratique.

Concernant la langue anglaise en Suède :

La Suède a beau avoir le suédois comme langue primaire, les suédois parlent couramment anglais. En effet, le doublage de films n’existe pas en Suède. Les Suédois sont donc habitués depuis leur enfance à entendre et comprendre la langue anglaise. Ne parlant aucun mot suédois, je n’ai jamais rencontré de problème. La seule difficulté réside en la lecture du suédois, particulièrement lors des courses. Il m’est souvent arrivé de confondre de la farine avec de la chapelure ou encore de la viande de bœuf avec une viande mixte de porc et vache. L’université offre également des cours gratuits de suédois pour la première année des étudiants étrangers.

Avant de partir en Suède, je n’avais pas un excellent niveau d’anglais, tout du moins à l’oral. Je ne regrette pas de m’être immergée en Suède pour cela. Parler avec mes amis du LL.M ou de la résidence ainsi que les cours m’ont permis de progresser rapidement et durablement en anglais.

Concernant le logement :

Trouver un logement en Suède s’avère être une tâche très compliquée. En effet, pour louer un appartement, un suédois doit s’inscrire sur une liste d’attente. Cette file d’attente peut durer de 10 à 20 ans[1]. Autant dire que cette option a été rapidement écartée. Plusieurs options s’offrent aux étudiants à Stockholm :  

  •        Recherches via des sites internet tels que blocket.se (l’équivalent de LeBonCoin), qasa.se ou via des groupes Facebook. Ces sites proposent de nombreuses annonces mais également de nombreuses arnaques : il faut donc faire très attention !
  •           Logement obtenu par le biais de l’université (ce qui a été mon cas). Ces logements sont donnés en priorité aux étudiants en échange et/ou ayant une bourse. Mais vu le contexte sanitaire actuel, la demande devait être moins forte car j’ai eu un logement !

Mon logement est dans une résidence universitaire située à Vasastan, à 20 min à pied du centre-ville de Stockholm. L’appartement est un studio de 20m2, rénové et lumineux : l’idéal !

Concernant la qualité de vie à Stockholm :

La ville de Stockholm est très agréable à vivre. Elle possède également un archipel de 30.000 îles. A Stockholm, la nature occupe une place importante : mer, lacs, parcs, forêts à perte de vue. Les rues sont également très larges, très différent des petites rues serrées de la capitale parisienne. Tout se fait à pied ! C’est une capitale à taille humaine. La ville est également très propre et surtout très bien desservie avec de nombreuses stations de métro, tramway ou bateau. En quatre mois là-bas, je n’ai jamais connu un seul problème avec les transports. Les stations de métro constituent également une galerie d’art souterraine. Même en période de coronavirus, j’ai eu l’occasion de visiter un bon nombre de musées, châteaux ou encore réserves naturelles. En résumé, Stockholm est une ville où il fait très bon vivre et pleine de surprises.

(T-Centralen, Stockholm)

 Concernant le coût de la vie :

La Suède fait partie de l’Union Européenne mais pas de la zone euro. Le pays utilise les couronnes suédoises (kr) : 1 euro correspond à 10,04 kr[2]. Le coût de la vie à Stockholm est plus élevé que celui en France. Je dirai qu’il est approximativement 10 à 15% plus cher qu’en France. A titre d’exemple, une carte de transport pour un mois à tarif étudiant coûte 620 kr. Toutefois, les frais universitaires sont gratuits pour les étudiants issus de l’Union Européenne, ce qui permet de faire une balance avec le coût un peu plus élevé de la vie.

Concernant la FIKA :

La Fika est un concept proprement suédois, signifiant « la pause-café quotidienne entre amis accompagnée d’une gourmandise ». Tout suédois qui se respecte fait une pause Fika quotidienne. Elle fait partie de l’art de vivre à la suédoise. Chaque suédois prend son temps et vit le moment présent.

(Kanelbulle, grande spécialité suédoise : parfait pour le fika)

Mention spéciale à l’hiver suédois :

L’hiver en Suède est très particulier. Il faut le vivre une fois dans sa vie. Le soleil se lève tard, aux alentours de 8h30 pour se coucher vers 14h30, au mois de décembre. En plus, il fait très sombre la journée : jusqu’au 20 décembre, aucune minute de soleil n’a été enregistrée[3] ! Il faut donc s’armer de vitamines D (TRES important) et de positivité ! Pour cela, les Suédois installent de nombreuses décorations de Noël, permettant d’égayer un peu leur vie. Noël est une fête très importante en Suède, avec de nombreuses étoiles (adventsstjärna) et chandeliers (adventsljustake) installés aux fenêtres de chaque maison suédoise.

Tack så mycket[4],

Valentine LABAUME

[1] https://www.lasuedeenkit.se/louer-un-appartement/

[2] Google Finance, en date du 29 décembre 2020, 18h00

[3] https://www.lepoint.fr/europe/en-decembre-stockholm-n-a-pas-connu-une-minute-de-soleil-16-12-2020-2406105_2626.php#

[4] Merci beaucoup ! (en suédois)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X