Épisode 3 : Le bilan d’un premier semestre à Bristol

Si les résultats du référendum pour le Brexit m’avaient inquiétée en 2016 quant à mon projet de faire un LL.M. en Angleterre, je n’ai finalement pas eu de difficultés à quitter le sol français en septembre pour m’envoler vers Bristol, et profiter de la dernière année où les universités anglaises offrent aux étudiants de l’Union européenne les mêmes frais de scolarité qu’aux étudiants anglais (soit environ 10 000 € de moins que pour les étudiants internationaux). 

Afin de prendre en compte le contexte sanitaire actuel, l’Université de Bristol a organisé en amont de mon arrivée des navettes gratuites afin d’accueillir à l’aéroport les étudiants arrivant de l’étranger et les conduire à leur résidence étudiante. J’ai également pu bénéficier d’une quarantine box offerte, contenant de la nourriture et des ustensiles de cuisine afin de faciliter la quatorzaine obligatoire lors de mon arrivée en Angleterre. Une fois installée dans mon studio et libérée de mon confinement, mon aventure LL.M. a pu véritablement commencer !

Le Clifton Suspension Bridge

Elue « Best city to live in the UK » par The Sunday Times,[1] Bristol est une ville débordante de culture (il s’agit notamment de la ville de naissance du célèbre street artist Banksy, dont de nombreuses œuvres sont cachées au sein de la ville) et compte une large communauté étudiante, dont de nombreux étudiants internationaux. Ce city campus mêle un centre-ville animé, un harbourside (quartier portuaire), des quartiers résidentiels, plus de 400 espaces verts,[2] ainsi que le fameux Clifton Suspension Bridge. Forte de son charme, Bristol est très vite devenue ma ville préférée d’Angleterre !

Le Wills Memorial Building, bâtiment principal de la Faculty of Law de l’Université de Bristol

  1.         LA VIE ACADÉMIQUE

L’enseignement hybride

Dans le cadre de mon LL.M. en International Commercial Law, j’ai choisi de suivre les matières suivantes tout au long de l’année : International Trade and Investment LawInternational Commercial ArbitrationUK Company Law et Intellectual Property. Chaque matière est structurée en learning cycles de deux semaines chacun : la première semaine est dédiée aux cours d’amphithéâtre (actuellement en ligne à cause de la pandémie), tandis que la deuxième est dédiée aux travaux dirigés et lectures de manuels, articles doctrinaux et arrêts énumérés dans la reading list du learning cycle correspondant. J’ai eu la chance de suivre mes travaux dirigés en présentiel pour trois de mes matières lors du premier semestre, ce qui m’a permis d’interagir avec mes professeurs et camarades de LL.M. Dans le cadre de cet enseignement hybride, l’université a mis en place de nombreuses fonctionnalités afin de garder un enseignement aussi dynamique et stimulant que possible, avec de nombreuses activités de groupe dans les breakout rooms, ainsi que la possibilité d’interagir sur une plateforme similaire à un forum.

Les partiels (summative assessments)

Les partiels se sont déroulés sur les mois de décembre et janvier, et ont pris deux formes. Le coursework assessment correspond à un essay de 3 000 mots (notes de bas de page et bibliographie exclues) à écrire sur une période d’un mois, tandis que le timed-open book assessment correspond à un mélange de cas pratiques et/ou d’essay questions d’une longueur totale de 3 000 mots également et à rédiger sur une période de sept jours. L’université a pris en compte les circonstances exceptionnelles engendrées par la crise sanitaire et les potentielles difficultés rencontrées par les étudiants, et nous a donc donné la possibilité d’obtenir une extension d’une semaine pour deux de nos coursework assessments.

Le(s) mémoire(s)

En parallèle des lectures et tutorials, une grande majorité des programmes LL.M. au Royaume-Uni exigent la rédaction d’une dissertation, i.e. un mémoire d’une longueur comprise entre 10 000 et 15 000 mots. Ce mémoire s’ajoute à celui que je dois rédiger dans le cadre de mon Master 1 Droit des affaires, mais les délais sont différents : en effet, le mémoire LL.M. doit être rédigé durant l’été (la date de rendu étant fixée au 13 septembre) et n’exige pas de soutenance orale.

The Harbourside

  1.         LA VIE ETUDIANTE

Mes investissements associatifs

L’Université de Bristol compte plus de 350 associations étudiantes :[3] Beer Pong Society, Wine Society, Trampoline Club, Quidditch Club, Cheerleading Squad… Chacun semble trouver son bonheur, et rares sont les étudiants qui ne s’investissent pas d’une manière ou d’une autre dans la vie associative. Pour ma part, j’ai eu le plaisir de rejoindre le bureau de l’ELSA (European Law Students’ Association) de Bristol en tant que Marketing Director, dans la continuité de mon poste de Chef du Pôle Digital au sein de l’AEGED. J’ai également rejoint Women in Law et la Commercial Awareness Society, ce qui m’a aidé à nouer des liens avec d’autres étudiants en droit (en LL.M., mais aussi en LL.B. et en MA). En outre, intégrer l’A Cappella Society et Musical Theatre Bristol m’a permis de rencontrer d’autres étudiants aimant chanter, bien que les répétitions en présentiel ont malheureusement été interrompues à cause du lockdown national en décembre.

Mon job rémunéré d’ambassadeur étudiant

Après une sélection sur dossier et un entretien Zoom d’une heure incluant plusieurs mises en situation, j’ai été embauchée par l’université afin de travailler en tant que Postgraduate Student Ambassador. Il s’agit d’un job flexible : lorsque l’université publie sur le portail des ambassadeurs les différentes opportunités pour travailler, j’ai la possibilité de proposer ou non ma disponibilité, sans minimum d’heures de travail par semaine. C’est ainsi que j’ai représenté mon programme LL.M. lors des portes ouvertes virtuelles de l’université. J’ai également eu l’opportunité de diriger seule une courte séance de travaux dirigés en Introduction au Droit face aux élèves anglais de terminale admissibles et envisageant de poursuivre une licence en droit à l’Université de Bristol ; une expérience surprenante et intimidante à premier abord, mais durant laquelle j’ai finalement pris beaucoup de plaisir !

The Christmas Steps

The Harbouside

[1] https://www.thetimes.co.uk/article/bristol-best-places-to-live-2017-9fkfg7p8f

[2] https://visitbristol.co.uk/things-to-do/parks-and-gardens

[3] https://www.bristolsu.org.uk/sports-clubs-societies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X